Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 C'est la visite du site internet de Tin Hunter :


http://www.icmesa.com/tinhunter/Tocksfors/Universal.htm


et plus particulièrement la vue de cette photo d'un Break DKW 3=6 Universal




qui déclencha la découverte de cette magnifique casse.
En effet, un voyage en Scandinavie est au programme des prochaines vancances, or,
comme je restaure une auto absolument identique et que la recherche de pièces pour
ce type de véhicule relativement rare n'est pas sans poser quelques problèmes, je pense
qu'il pourrait ètre judicieux de visiter cette casse, si toutefois elle existe toujours, dans l'espoir secret
de prélever des pièces comme les feux ou les pare-chocs arrière ou encore et surtout le pare-brise
spécifique a ce modèle construit à seulement 19 000 exemplaires.
Contact est pris avec Tin Hunter qui m' indique que cette casse se trouve à Bästnäs mais il m'informe qu'il n'est absolument pas sûr que cet endroit existe encore car sa visite date de 1990, nous sommes en 2005 et  les nouvelles lois européennes en matière de pollution menacent le site.
Qu'à cela ne tienne, notre itinéraire de vacances passe à une centaines de kilomètres seulement de Bästnäs et, ce n'est rien au regard des distances parcourues en Scandinavie, nous ferons le détour et visiterons cet endroit.........................
......................................................... Nous voila donc, après un périple de 3 semaines et  10 000 km parcourus, dans la petite commune de Töcksförs, nous ne devons plus ètre très loin mais notre carte n'est pas assez précise et aucun panneau n'indique Bästnäs. Sur la piste d'une station essence,  photo du break en main et  dans un anglais assez approximatif, nous interrogeons un jeune sur la présence dans le coin d'un terrain avec des carcasse de voitures. Il connait très bien et nous indique de prendre un petit chemin a gauche après l'église.
Ici les distances kilométriques ne sont pas indiquées et les temps de parcours tout a fait relatifs car souvent entrecoupés de traversées de bac, c'est pour cette raison que la réponse à ma question posée au jeune à la station sur la distance a parcourir est restée évasive.
Mais voila bientot plus d'une demi heure que nous roulons sur ce chemin en terre battue à peine carossable, nous avons tout juste dépassé quelques chalets perdus dans la forêt et évité quelques rennes, nous avons beau écarquiller nos yeux pour tenter d'apercevoir l'éclat d'un chrome ou le clin d'oeil d'un phare a travers les sapins, rien ! Toujours ce chemin interminable qui met a mal nos amortisseurs et recouvre l'auto un épais manteau de poussière blanche.

































Nous commençons à nous interroger sur la réalité du parcours donné par notre informateur et songeons à rebrousser chemin quant, tout a coup.....................................
C'est l'émerveillement, des voitures par centaines sont stationnées de part et d'autre du chemin, nous continuons a rouler quelques instants jusqu'a ce qui semble ètre la maison du propriétaire des lieux. Un charmant septuagénaire nous attend sur le pas de la porte et nous convie gentillement a faire le tour du parc.
Nous marchons tout d'abord sur le chemin d'accès et mon épouse me fait remarquer que même si le Break Universal que nous recherchons est toujours ici - ce dont nous ne doutons plus- il y a fort peu de chance pour que le pare-brise soit entier car sur la plupart des épaves les pare brise sont cassés. Mais plus nous nous enfonçons dans la forêt et plus les autos semblent complètes, certaines ont même encore les clefs sur le contact ..........depuis si longtemps!!
Voila déja trois heures que nous marchons dans la foret, des milliers de voitures sont empillées, tout le parc automobile Suédois des années 40 a 60 est ici représenté. De nombreuses Volvo bien sur mais aussi des Saab 92 et 96, beaucoup d'américaines, des anglaises (Austin ou Ford) beaucoup de Françaises curieusement bien préservées de la corrosion (Peugeot 404, Dauphine, 4cv, R8, Aronde) Nous trouvons aussi des Allemandes (VW cox, Ford 12 M, Opel ou encore Mercedes) nous avons dénombré une cinquantaines de DKW mais toujours pas de Break en vue, lorsque soudain, a quelques metres de moi dans les sapins, ma fille s'exclame "Papa elle est là"  
Je découvre alors avec stupéfaction le Break tant attendu, rien n'a bougé depuis la photo de Tin en 1990, le capot moteur est toujours soulevé, les deux portières toujours entr'ouvertes et même la banquette posée sur le toit y est toujours. on a vraiment l'impression que le temps s'est arrété.

 

 






























































































































Il est déja plus de 13 h, aussi décidons nous de casser la croute avant d'entamer l'opération "démontage".
Nous demandons au propriétaire des lieux l'autorisation de pique-niquer sur son terrain et nous voyons aimablement offrir l'hospitalité de sa table .....de jardin.




























Nous déjeunons donc devant la maison de notre hôte entourés d'épaves en tous genres, dont cette KRAMER
véhicule du service postal suédois à mécanique DAF.
























L'après midi sera passé a démonter la vitrerie du "Break" ..............................


























................ et d'autres pièces interessantes sur diverses DKW en état.
Puis, en fin de journée nous avons, à regrets, abandonné cet endroit magique sans avoir eu le temps de le découvrir entièrement.
.
.
.
.
.
La vidéo :   link

 

 


IM000564-copie-1.JPG






DKW 3=6
IM000567.JPG



DKW 3=6
IM000574.JPG








IM000566.JPG


Saab 92

DKW 3=6

Volkswagen Cox

IM000562.JPG







DKW F 93


IM000560.JPG







DKW 3=6


IM000559.JPG

























IM000558.JPGIM000556.JPGIM000557.JPGIM000555-copie-1.JPGIM000554.JPG




























IM000576-copie-1.JPGIM000577.JPG



IM000575.JPG







Auto Union 1000


IM000578.JPG






































DKW F 93

et

Auto Union 1000
IM000579.JPG



DKW F 93

et

Auto Union 1000




























IM000582.JPG



IM000583.JPG






Peugeot 404
IM000584.JPG








DKW Junior de Luxe

IM000585.JPG



Ford (?)

Volkswagen Cox
et 1500 variant



IM000587.JPG






Renault  8

Ford 12 M P3


IM000588.JPG







Volkswagen Cox
Renault Dauphine
Volvo Amazon

IM000589.JPG





Opel Kadett A
Saab 92


IM000590.JPG



IM000591.JPG




E.M.W
Peugeot 203
Renault Dauphine
Simca Aronde

IM000592.JPG
































IM000593.JPG


































IM000594.JPG

IM000595.JPG










Saab 92
IM000596.JPG

IM000597-copie-1.JPG

IM000598.JPG

IM000599.JPG

IM000600.JPG

IM000602.JPG






Saab 92 et
Cox ovale
IM000603-copie-1.JPG

Austin Seven









Saab 92










Saab 92

IM000605.JPG











VolvoPV 544






























DKW F 89





























Aronde Chatelaine
Peugeot 203

































Volvo PV 544





























Volvo PV 444























IM000607.JPG

IM000608.JPG










Auto Union 1000






























Auto Union 1000




























Donau 1000



































































Simca Aronde































Volvo PV































Auto Union 1000
































Opel


























Cox Split
et Opel

































un empillage de
Saab 92





















Une DKW F 12
photographiée
par Tin hunter
en 1990






La même
en 2005

http://freenet-homepage.de/Schrottfotos/TOC422.JPG

































DKW F12
























Audi Super 90
















85 clichés parmi lesquels on retrouve le break sous le soleil hivernal.
http://gallery1.stevejunkyard.com/#21.80




J'ajoute un lien du site de la commune de Bastnas ou vous trouverez d'autres photos de la casse ainsi que des clichés d'époque de la fète du village. Sympa !!
http://web.arjang.se/bildbanken/viewkatfoto.asp?SubKategoriId=49&antal=84


et 59 photos supplémentaires
http://www.pixelbild.se/b195.htm



Un lien sur un article de Sylvain RICHARD qui s'est rendu a Bastnas en Aout 2009 (50 photos).....
http://www.audipassion.com/news/360/51/A-la-decouverte-d-un-Tresor-perdu-en-Suede-avec-des-Audi-et-des-DKW/


....et les 270 photos époustouflantes qu'il en a ramené
http://www.audipassion.com/galeries/?alb=720







Nostalgiques de l'endroit, nous décidons début 2012 d'un nouveau pélerinage.

Cette fois-ci, c'est en avion, accompagnés d'un couple d'amis et en plein coeur de l'hiver que nous nous rendons à Bâstnâs.  La végétation basse en cette période de l'année doit nous permettre d'accéder à certaines parties du parc envahies l'été par les herbes hautes et ainsi découvrir des épaves passées inaperçues lors de notre premiere visite. Nous atterrissons donc à Oslo et, après avoir pris possession de notre voiture de location, il nous reste une heure de route pour atteindre Töcksfors :

.

IMGP4751    

.

Seulement 19 km séparent Töcksfors de Bâstnäs mais 40 mn sont nécessaires à travers la forêt sur ce chemin caillouteux qui nous parait toujours aussi interminable ...    

.

IMGP4745  

IMGP4693
IMGP4694      
.
Quand enfin ...    
.
12

13

Cependant une déception nous attend, en effet, une des deux grandes clairières a été nettoyée. 
Environ 250 véhicules malheureusement  parmi les mieux préservés du site parce que probablement arrivés plus tardivement sont partis au broyeur et parmi eux la DKW Universal.
.
IMGP4427
.
...Mais, plus d'un milliers d'épaves sont fort heureusement encore presentes sur le site, 
2 jours entiers n"ont pas été suffisants pour toutes les photographier.
.
Bastnas-I Bastnas-I
.
Bastnas-II Bastnas-II
.
A la réception de l'hotel où nous avons séjourné à Töcksfors, j'ai fais l'acquisition d'un ouvrage
écrit par Per HJORTH et Rolf LARSEN, deux journalistes Norvégiens.
Ce livre nommé "PARKERT"
(Parkert en Norvégien désigne à la fois un véhicule immobile et un corps en décomposition)
contient de nombreux clichés et raconte l'histoire des deux Frères IVANSSON propriétaires de la casse de Bästnäs.
Je vous en propose ici une traduction issue du norvégien :

 

 link

 

"Bästnäs : Les voitures et le temps

Nous découvrons Bästnäs lové dans les forêts du Värmland près de la frontière entre la Norvège et la Suède. Des centaines de voitures des années 50 - et 60 -  montent le long de la lisière de la forêt. L’endroit se ressent comme un havre de paix et de recueillement. Seul le vent dans la cime des arbres rompt le silence. Une tribu d’ écureuils a investi les sapins. Nous évoluons lentement et tranquillement  dans un paysage irréaliste d épaves de voitures nervurées par la rouille: un sanctuaire automobile en  2008.

Pour nous, ce fut un projet d’étude de l'archéologie contemporaine, une étude de l'activité humaine dans un passé proche. Les épaves sont devenus des objets d'individualité et de la personnalité.
Nous avons commencé  notre enquête sur les sanctuaires automobiles en recensant et analysant un grand nombre de voitures dans divers stades de décomposition.
Sur le chemin, nous avons découvert des intérieurs cachés et inaccessibles et les détails qui nous ont aidés à mener une identification systématique des modèles de voitures.

 

 Bastnas est considérée comme une œuvre artistique où la nature est l'acteur principal. Un monument à la rouille qui continue à s'enfoncer dans la terre et termine de se  briser sous les derniers regards …
Les arbres, mousses, lichens, la neige, la pluie et le vent transforment les carrosseries, les sièges et tableaux de bord.
Le plus frappant est la rouille, la rouille dans toutes ses nuances, de la chaleur du brun-rouge à la fraicheur du gris.

 

Nous sommes plus proche des voitures et, au delà de la rouille apparaît une gamme surprenante de couleurs à travers l’apparente grisaille des tôles.
Les voitures ont sombré dans un état de sommeil réparateur, elles semblent attendre  que quelqu'un vienne et les appelle par leur nom.  La cavité vide d’un phare, le pare-chocs  bosselé et tordu, le chrome couvert de bulles de rouille donnant à chacune d’entre elles une personnalité.
Un lieu de recueillement et de réflexion sur le vieillissement et l'éphémère. La limite  entre l’abandon et l'effondrement total a changé la perception de vieux objets utilisés. L'épreuve du temps affecte non seulement les chiffres, le chrome et la peinture, mais aussi  leur propre aspect : une réflexion sur le laid et le beau telle l'étoile de capot pointée vers le ciel, presque comme neuve, miraculeusement préservée de la lente dégradation..

 

Bastnas est un monument à un temps révolu. Aujourd'hui  cet  endroit ne serait plus possible.


 

Les Frères Tore et Rune IVANSSON ont grandi à Töcksfors, mais ont déménagé en 1952 à Bastnas et ont ouvert leur atelier de mécanique « Ivansson Bil- och Motorverkstad »
Tore avait 18 ans et Rune seulement 14. Les deux Frères avaient un vaste réseau de contacts dans le sud de la Suède et ont acheté des voitures anciennes ou récentes à des particuliers  ou à bas prix à des collègues qui avaient  trop de voitures en stock. Les voitures étaient vendues en pièces détachées,  moteurs et boîtes de vitesses ont été les plus  demandés. Les autos qui pouvaient ètre réparées l’étaient et Rune est rapidement devenu un maître dans la réparation automobile..

 

 On raconte de longs embouteillages au début des années 60. Les Norvégiens recherchaient des voitures d'occasion ou des pièces pour leurs modèles '50 fatigués,  à un moment où les ventes de voitures étaient encore soumises à des restrictions en Norvège. A cette époque, beaucoup de voitures en Norvège ont été réparées a partir de pièces de Bastnas transportées à travers la frontière par la douane de Töcksfors/Orje ou peut-être clandestinement par  la route forestière qui traverse la frontière à quelques kilomètres.

 

A la fin des années ’60 debut, 70. Le gouvernement à introduit de nouvelles règles  plus strictes concernant les dommages environnementaux. Les voitures sont des déchets dangereux et les nouveaux règlements sur les permis d’exploiter obligent les deux frères à renoncer à leur travail, bien que leur activité soit aujourd’hui toujours répertoriée dans l'annuaire téléphonique sous la rubrique: Bilskrot, Forsaljnings (pièces pour voitures automobiles anciennes)

Il est vrai qu’ils vendent encore occasionnellement des pièces  pour les amateurs de voitures anciennes. Les visiteurs viennent de partout dans l'Europe du Nord, mais d'abord et avant tout, se sont les photographes qui immortalisent la maison de Rune en souvenir d’un séjour mémorable.

 

Les opinions sur les voitures de Bastnas sont partagées : Un tas d'ordures ou une œuvre d'art ?

Selon le comptoir de l’environnement du canton de Arjang ,quand on n'a plus de licence pour exercer l’activité de « démolition »  on doit libérer le site et le réorganiser.

 Mais la commune est divisée, le patrimoine culturel souhaite protéger le site et lui donner le statut de "lieu de conservation d’un point de vue culturel."
Pourtant, en aout  2006, 250 voitures sont retirées du site à la demande d'un voisin parce que les voitures sortaient du domaine privé.
« Ils auraient pu attendre mon enterrement »   a déclaré Rune Ivanson au  ‘’Värmland magazine People’’ le jour ou les voitures ont été emmenées.

 

 Autour d’une modeste cabane en rondins sont regroupées des marques défuntes comme, Borgward, DKW, Hillman, Jowett, Mostvitch, Panhard, Simca, Standart ou Wolseley empilées avec d'autres noms  bien connus tels que Ford , Opel, Volvo, Volkswagen ou Saab

C'est ici que finissent les restes de structures d'avant-garde, d’ inventions techniques, de nouveaux matériaux ou de design innovants. Un témoin sur les années d’optimisme en Europe après la Seconde Guerre mondiale, d’ une époque où les essuie-glaces restaient une option et  où la crise du pétrole et la pollution étaient tout simplement des  prophéties apocalyptiques .
Les voitures qui sont ici ont pour la plupart contribuées à rendre publiques des petites et moyennes entreprises embryons de l’automobilisme de masse.

Prenez la première moitié des années cinquante : L'année 1956 par exemple, un peu moins de 11 000 voitures neuves ont été vendues en Norvège: La demande était énorme.
Les rues et les routes étaient encore pleines d’autos pourvues de freins mécaniques à câbles et de moteurs qui buvaient du carburant en grande quantité.

Les pare-brises panoramiques pour une meilleure vue et l’arrivée des premières  ceintures de sécurité offraient un nouveau concept publicitaire

 

Après la guerre, il a été introduit des restrictions strictes sur les importations de voitures. Le but  était de restreindre l'utilisation de la monnaie norvégienne dans le commerce international.  Les accords commerciaux et le troc de harengs  avec l’URSS ont fait que ces limitations ne s'appliquaient pas aux pays situés derrière le rideau de fer, de fait, les Pobeda, IFA, Skoda, Moskvitsch et Warsawa  ont prospéré sur la liste des dix marques les plus vendues. La qualité des voitures était toutefois considérée comme relativement faible, les lourdes caisses en bois fabriquées par les soviétiques  dans lesquelles  les voitures étaient conditionnées en étaient presque plus solide que les voitures elles-mêmes, toutefois le bois était adapté comme matériau de construction et  la demande en fabrication de cabanes de montagne importante.

 

 

 Les voitures occidentales étaient d'une qualité différente de celle d' Europe de l'Est et de nombreuses idées créatives ont été mises en pratique pour contourner la réglementation.

Pour obtenir une voiture, un visa était nécessaire. L'examinateur  en charge des dossiers raconte d'innombrables histoires  de bouteilles de whisky qui s’échangeaient pour savoir qui avait reçu l'un de ces visa. Souvent, les gens bien informés contactaient le concessionnaire : j'entends que vous avez eu un visa ? : j'ai une affaire pour vous !

L'Association Médicale Norvégienne a, par exemple, envoyé une cargaison de médicaments en Grande Bretagne et en retour obtenu des voitures britanniques.

Celles-ci ont ensuite été distribuées aux membres de l’association sur demande.

 Si vous aviez  de la famille aux États-Unis il n’était pas difficile d'obtenir une fierté en chromes brillants. Il suffisait  juste de justifier que vous aviez reçu la voiture comme un cadeau de votre cousin. Même si tous savaient que vous aviez réussi à envoyer de l'argent à cette fin.

En 1960, un total d'environ 200 000 véhicules étaient immatriculés en Norvège. Les restrictions à l'importation  ont été retirées  le 1er Novembre 1960 et les ventes de voitures ont  augmenté de façon spectaculaire. Aujourd'hui, la flotte de voitures s’élève à 2,2 Millions.

Mais heureusement, à Bästnäs, nous pouvons voir ce qui se passe sur des machines créées par l'homme lorsque nous laissons la nature prendre soin de leur destruction"

 

Per HJORTH - Rolf LARSEN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bas de page

Partager cette page

Repost 0
Published by